петък, 12 декември 2014 г.

Les images de l’identité culturelle dans Les Lettres chinoises de Ying Chen

Auteur : Petkov, Yavor
Titre : Les images de l’identité culturelle dans Les Lettres chinoises de Ying Chen
Nom de l’ouvrage : Единадесета конференция на нехабилитираните преподаватели и докторанти от Факултета по класически и нови филологии 2014 /ISSN 1314-3948/
Pages : pp. 220-225
Année de publication : 2014
Editeur : Университетско издателство „Св. Климент Охридски“
Lieu de publication : Sofia

Le roman Les Lettres chinoises de Ying Chen est parmi les œuvres phares de la prose contemporaine provenant de l’immigration au Québec. Pour le courant dit écritures migrantes, le thème de l’identité a un rôle essentiel pour la structuration de l’univers romanesque. Cet article se propose d’étudier l’image littéraire de l’identité culturelle dans le roman. Cette étude s’inscrit dans le cadre plus vaste d’une étude juxtaposant les notions littéraire et politique de l’identité culturelle au Québec.

Consultez et éléchargez l'article en PDF en suivant le lien.

неделя, 7 септември 2014 г.

The Notion Of Cultural Identity in Quebec’s Political Discourses

Author: PETKOV, Yavor
Title: The Notion Of Cultural Identity in Quebec’s Political Discourses
Name of the volume: Fulbright International Summer Institute – 2013, Ph.D. Student’s Forum: Transatlantic Dialogues in the Field of Social Sciences /ISBN 978-954-07-3755-3/
Pages: pp. 95-112
Year of publication: 2014
Publisher: “Alma Mater” University Complex for Social Sciences (Sofia University) / University Press “St. Kliment Ohridski”
Place of publication: Sofia (Bulgaria)

During this quick overview of Quebec’s immigration and pluralism policy as stated by the competent authorities, I managed to answer two basic questions that I find fundamental to any kind of study: what and how. The “what” corresponds to the need to know what cultural identity is. The “how” refers to the composition and the origin of the entity studied, as well as to the ways it interacts with external factors.
In this way, I observed that, for the documents under study, cultural identity is a mode of organizing the perception of the world. It is composed of values (ethical ingredients), knowledge (civilizational ingredients), institutions (political ingredients), and perceptions (psychological ingredients). Cultural identity concerns two levels: an individual and a group one. The manifestations of having a cultural identity can be found in collective life, family life, the artistic and intellectual creations, the spare-time activities, the public institutions, and the economic and professional relations.
The Québécois discourses convey two visions of identity that are, at least at first sight, contradictory: culture is both an innate property and a project; it results from history, but it can be modelled. We can thus distinguish between an initial identity (one that is inherited and stemming from the past) and a new identity (an acquired one). In the case of the Québécois identity, which for the immigrants is a new identity and which aims to encompass various initial identities, we could talk about a generic identity that should be built from heterogeneous elements through conscious cultivating efforts. As a result, cultural identity is a changing, non-definitive entity. Human beings have the ability to reinvent themselves culturally. They can also renounce any explicit identity belonging. From this perspective, cultural identity is not an innate attribute, but rather a variable subject to our conscious choices.
Cultural identity is also a vulnerable entity exposed to the danger of being deprived from its distinctive features and specificities, hence of perishing. I observed two factors that determine the resistance of a cultural identity, and namely the social cohesion and the political rights of its bearers.
The results obtained through this study should allow a comparison between the notion of cultural identity in the Québécois political discourses and other discourses, in order to draw conclusions as regards the plurality of the points of view in Quebec and Canada.


View and download the article (PDF) by clicking here.

вторник, 5 август 2014 г.

Histoire, représentations stéréotypées et existence dans Made in Mauritius d’Amal Sewtohul

Auteur : Petkov, Yavor
Titre : Histoire, représentations stéréotypées et existence dans Made in Mauritius d’Amal Sewtohul
Année de publication : 2014
Site de publication : le site du CENTRE RÉGIONAL FRANCOPHONE POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE (http://crefeco.org/display.php?fr%2FActualit%C3%A9sFrancophones%2F834)
Lieu de publication : Sofia


Roman à la fois historique et antihistorique, Made in Mauritius repense l’histoire de Maurice à travers l’histoire personnelle de quelques Mauriciens de la génération de l’Indépendance. Ainsi, il remet en question la véracité même de l’histoire et dénonce son caractère idéologique. A cette histoire « convenue », le texte oppose l’histoire personnelle et subjective des personnages principaux. La dénonciation du caractère échafaudé de l’histoire s’opère également à travers la déconstruction des images des identités nationales et ethniques qui se révèlent dès lors des représentations stéréotypées. La discrimination raciale et identitaire se joint aux préjugés socio-économiques pour former avec eux une seule catégorie de l’ethnoclasse, où la situation économique s’avère la matrice de tous les autres types d’exclusion. L’idéologie en tant que vision mensongère du monde est aussi dénoncée dans ses diverses formes : idéologie marxiste, capitaliste, nationaliste, etc. Poursuivant ses objectifs subversifs, le roman rеnverse les stéréotypes qui sont à l’origine d’une esthétique de l’exotique et qui continuent de dominer l’imaginaire occidental. Cet anti-exotisme trouve son expression dans une peinture dystopique de l’île et dans une esthétique du « bric-à-brac », c’est-à-dire une image hétéroclite du monde contemporain globalisé et commercialisé. Made in Mauritius réalise cette déconstruction des mythèmes idéologisés en opposant le paradigme du collectivisme à celui de l’intimité créatrice et nomade. Or, ce nomadisme n’érige pas l’émigration en solution salvatrice. Bien au contraire, les images de l’émigration et  de l’Occident sont rabaissées au même titre que celles des identités fixes au profit d’un dynamisme perpétuel. Les personnages de Sewtohul sont tout aussi bien des nomades que des sédentaires, jamais des êtres unilatéraux. Ce sont aussi des antihéros, ce qui augmente la valeur réaliste de la narration.

Consultez et téléchargez l'article (en PDF) en suivant le lien.

събота, 14 юни 2014 г.

Нихилистичният хуманизъм на Агота Кристоф


Автор: Петков, Явор
Заглавие: Нихилистичният хуманизъм на Агота Кристоф
Издание: Литературен вестник
Брой: 22 / Год. 23 (11.-17.06.2014)
Стр.: 10
Година на публикуване: 2014
Място на публикуване: София

Цялостен анализ на творчеството на Агота Кристоф, подготвен в рамките на Литературното кафене-дискусия "Гласовете на франкофонията", посветено на творчеството на Агота Кристоф и провело се на 20.06.2013 г.. Текстът е публикуван на 11.06.2014 г. в "Литературен вестник".

Изтеглете статията, кликвайки тук.

събота, 25 януари 2014 г.

L’ingratitude de Ying Chen : un roman néo-existentialiste ?

Auteur : Petkov, Yavor
Titre : L’ingratitude de Ying Chen : un roman néo-existentialiste ?
Nom du périodique : Asian Journal of Canadian Studies
Numéro : Vol. 19, No. 2 (Décembre 2013)
Pages : pp. 91-113
Année de publication : 2013
Maison d’édition : Association Coréenne d’Etudes Canadiennes
Lieu de publication : Seoul

Ce texte étudie les liens intertextuels entre L’Ingratitude – probablement, le roman le mieux connu de l’écrivaine canadienne d’origine chinoise et d’expression française Ying Chen – et la pièce Les Mains sales de Jean-Paul Sartre. Il se propose de trouver dans quelle mesure les deux textes communiquent entre eux et comment l’intertextualité contribue à l’esthétique du roman de Chen. L’étude offre une analyse structuraliste des deux textes aux niveaux des personnages et de l’intrigue. Elle conclut que les deux textes présentent de fortes similitudes aux deux niveaux et véhiculent des messages comparables. Cette comparaison se propose d’initier une nouvelle approche de l’oeuvre de Chen et, plus généralement, du mouvement québécois dit écritures migrantes, qui pourrait désormais être appréhendé comme une forme de néo-existentialisme.

Consultez et téléchargez l'article (en PDF) en suivant le lien.

Un parallèle entre L’ingratitude de Ying Chen et l’existentialisme français



Auteur : Petkov, Yavor
Titre : Un parallèle entre L’ingratitude de Ying Chen et l’existentialisme français
Nom de l’ouvrage : Десета конференция на нехабилитираните преподаватели и докторанти от Факултета по класически и нови филологии (май 2013)1 /ISBN 978-954-07-3633-4/
Pages : pp. 200-205
Année de publication : 2013
Editeur : Университетско издателство „Св. Климент Охридски“2
Lieu de publication : Sofia

L’article se propose de démontrer que la tendance littéraire québécoise francophone dite littératures métissées ou écritures migrantes peut être envisagée sous l’angle de la problématique de l’existentialisme français en littérature. En particulier, un des romans les plus connus rattachés à cette tendance, L’Ingratitude de l’écrivaine québécoise d’origine chinoise Ying Chen, se prête à une étude comparative avec l’œuvre d’Albert Camus et de Jean-Paul Sartre. Dans son roman précédent, Les lettres chinoises, Ying Chen établit un rapport intertextuel quasi-explicite avec Les lettres persanes. Dans L’Ingratitude, où le thème du suicide occupe une place centrale dans l’intrigue du récit, l’héroïne Yan-Zi va voir la pièce de Sartre Les Mains sales, qui se termine également par un suicide. En outre de cette référence explicite, le roman présente d’autres possibilités de comparaison avec Les Mains sales, mais aussi avec L’Etranger de Camus. Afin d’inscrire L’Ingratitude dans la logique existentialiste, l’étude démontrera que l’intrigue du roman part d’une situation absurde telle que définie par Camus dans Le Mythe de Sisyphe. Le mobile de l’action – la quête de la liberté – est une quête de liberté existentielle comparable à celle de Meursault dans L’Etranger, mais si Meursault est né libre et que sa lutte consiste à résister aux efforts que la société déploie pour convertir son existence en essence, Yan-Zi est née non libre, comme le sont sa mère, ses collègues, voire son père : ils sont nés prisonniers d’une essence. Autrement dit, dans L’ingratitude, l’essence précède l’existence. C’est dans le suicide que Yan-Zi se propose de trouver l’issue. Or, au-delà de cette résolution, le roman laisse percevoir que le vrai objectif de son suicide est d’éveiller l’amour maternel. Elle essaiera aussi d’atteindre l’amour d’un homme – Bi, et elle avoue que seul cet amour aurait pu la détourner de sa décision de se donner la mort. Ainsi, la révolte telle que définie par Camus à travers l’image du sourire de Sisyphe peut être réinterprétée à un autre niveau : refuser de se soumettre à l’exigence d’inhumanité imposée par la nature et par la société, aimer en dépit du caractère arbitraire de la condition humaine. L’étude explore le roman en détail (l’intrigue, les personnages et les rapports entre les personnages, les thèmes, le style et la portée philosophique de L’Ingratitude) en le juxtaposant systématiquement à L’Etranger et Les Mains Sales, à un niveau strictement littéraire, et à Le Mythe de Sisyphe, L’existentialisme est un humanisme et L’Etre et le néant sur le plan des idées.


Consultez et éléchargez l'article en PDF en suivant le lien.